COVID-19 : LES MÉDECINS ONT-ILS LE DROIT DE FOURNIR UN CERTIFICAT MÉDICAL POUR LES ÉCOLIERS ?

01/10/2020 13:43

INTRODUCTION

     Aucun doute, la rentrée scolaire est une réalité stressante en France ; elle n’est pas comme les autres. Les parents ont besoin d’être rassurés que leurs enfants, feront leurs rentrées scolaires dans la tranquillité. Surtout que la situation épidémiologique, évaluée à partir des données de la santé publique  présente une multiplication rapide des cas confirmés partout en France (458.061 + 5 298 cas supplémentaires.)

Il est alors légitime que les parents fassent une certaine pression  sur l’Ordre des médecins. D’où la question : les médecins doivent-ils délivrer un certificat médical pour les écoliers ? Est-ce obligatoire de le faire ?

PAS DE CERTIFICAT MEDICAL POUR LES ECOLIERS:

     Aussi surprenant que cela puisse paraître, il n’est pas nécessaire que les médecins délivrent un certificat médical pour les enfants. Plus surprenant encore, pour les enfants ayant été porteurs de symptômes du Covid-19. C’est le vendredi 11 septembre justement que l’Ordre des médecins a décidé qu’ils n’ont pas besoin d’établir de certificat aux enfants afin de retourner à l’école. Une information frappante il faut l’admettre.

Mieux encore, le 15 septembre, le ministère de l’éducation nationale a annoncé que les établissements n’ont pas besoin de demander un certificat médical à l’enfant qui revient à l’école. Si tout le monde a été frappé par cette décision à différents niveaux, il n’exclut pas que les parents dont les enfants étaient en isolement ou suspectés d’être contaminés, ressentent un apaisement.

Mais pourquoi cette décision ? D’abord, obtenir un certificat médical actuellement est une tâche herculéenne dans les arcanes du pays ; pour la simple raison que les laboratoires sont plus que jamais saturés. Sans compter la « pression » qui s’exerçait quotidiennement sur les médecins quant à l’obtention du test PCR négatif. Cependant, une astuce a été évoquée par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale pour équilibrer la matrice : une attestation sur l’honneur.

 

UNE ATTESTATION SUR L’HONNEUR EST PAR CONTRE NECESSAIRE:

 

    Le test PCR négatif n’est pas obligatoire pour l’enfant qui revient à l’école mais qui a été mis en isolement ou qui a été porteur des symptômes du Coronavirus. Mais il reste une solution palliative devant la crainte qui plane : une attestation sur l’honneur. Elle est née justement suite aux difficultés de délivrance des certificats médicaux de contre- indication et de pression exercée sur l’Ordre des médecins.

Les parents devront remplir cette attestation faisant foi de preuve tangible. Il faut le rappeler : le certificat médical de contre-indication est aussi important pour la pratique sportive de l’enfant. Donc en plus de concerner les enfants atteints de Covid-19 ou mis en isolement, le test PCR négatif concerne également tous les enfants sportifs. Mais revenons sur l’attestation sur l’honneur !

Le cabinet du ministre de l’éducation nationale a ajouté que celle-ci sera signée par les parents, indiquant l’une des deux raisons suivantes : soit l’enfant a obtenu un test PCR négatif, soit son médecin lui a écarté le diagnostic de Covid-19. Après ça l’enfant présentant les « symptômes évocateurs » pourra retourner à l’école. Beaucoup de questions restent posées après ces mesures mais au moindre symptôme repéré, le test est obligatoire.

CONCLUSION:

    Le délai d’isolement est fixé de sept à quatorze jours ; délai suffisant pour affirmer ou non que les symptômes évocateurs détectés chez l’enfant conduisent au Covid-19. La décision de ne pas délivrer des certificats médicaux au profit de l’attestation sur l’honneur est porteuse certainement des conséquences positives et négatives.

Côté positif, cela évite aux parents d’élèves de faire la queue devant les laboratoires ; du moins en partie. Côté négatif, faire revenir un enfant qui a été symptomatique sans passer par un test est risqué. Même si le port du masque facial demeure la mesure obligatoire pour les tout-petits.

 

Précédent